page 1 vectorisée

               

       Le troisième village, La Houve, doit également son origine à l’industrie du verre. Situé sur la rive gauche de la Bisten dont les deux villages précédents occupent la rive droite, il doit son nom à la forêt de La Houve à laquelle il est adossé. Cette dernière s’étendait autrefois jusqu’au bord du ruisseau.


       Le Duc de Lorraine s’appliqua à guérir les maux infligés par  les guerres à la Lorraine. Il relança l’agriculture, le commerce et l’industrie en utilisant les ressources en combustible offertes par la forêt de La Houve.


       Le 29 Mai 1705, le duc de Lorraine Léopold 1er, fils de Charles V, autorisa des verriers, issus du pays de Bitche, à établir une verrerie sur un terrain situé sur la rive gauche de la Bisten. Après des débuts laborieux, la production fut satisfaisante. Verrerie et village prirent le nom de « La Houve ». 

               La production de verre stagna très vite car de nombreuses verreries fonctionnaient dans le secteur et le marché était saturé. Le prix du bois, principal combustible, la pénibilité du travail, les débouchés qui s’amenuisaient du fait de la concurrence eurent pour conséquence le déclin de l’industrie verrière dans notre région.

De la dernière verrerie de Creutzwald, celle de La Houve, il ne reste plus que  quelques exemplaires, conservés en mairie, témoins d’une activité autrefois florissante.

       Heureusement qu‘entre temps une autre industrie, celle du fer, vit le jour sur le territoire de la Houve avec l’établissement des forges. Fondées vers le milieu du XVIIIèmesiècle elles  exploitaient les filons de minerai de fer hématite qui sillonnaient la contrée, bien qu’on exploitait déjà le cuivre et le plomb à Falck, à la « Petite Saule », (près de la Madonne actuelle) et à la « Grande Saule » (derrière le cimetière de Falck)




       

la Houve la Houve
Site with XWebDesignor  By www.neutssoftware.com